[lang_fr]Compay Segundo: Biographie [/lang_fr][lang_en]Compay Segundo: Biography[/lang_en]

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

[lang_fr]

compay.jpg

Compay Segundo (18 novembre 1907 – 14 juillet 2003), guitariste et chanteur cubain.

De son vrai nom Máximo Francisco Repilado Muñoz, il est né à Siboney, bord de mer proche de Santiago de Cuba où il grandit ensuite. Son père était employé par la compagnie des mines comme conducteur de locomotive.

Il apprend à jouer très jeune du tres et de la guitare avec ses frères, à l’âge de 14 ans il reçoit des leçons de solfège avant d’être intégré comme clarinettiste à la fanfare municipale de Santiago. Il joue également des bongos.

A quinze ans, il compose sa première chanson : « Yo vengo aquí ». Il devient un chansonnier et musicien et chanteur bien connu des aficionados de son cubain.
Il a inventé l’armónico, une sorte de guitare à sept cordes, dérivé du tres.

En 1934, Ñico Saquito, célèbre musicien de l’époque, le remarque et lui demande de se joindre à son Cuarteto, avec lequel il part pour La Havane.

En 1936, il part au Mexique comme membre du Cuarteto Hatuey, emmené par Evelio Machin (frère du chanteur Antonio Machin). Il y reste six mois et enregistre ses premiers 78 tours . A son retour, Francisco Repilado enregistre pour la firme RCA-Victor, avec le Trío Cuba.

En 1940, Miguel Matamoros, originaire lui aussi de Santiago, engage Francisco Repilado dans son groupe, comme clarinettiste.

music-compay.jpg

Maniant avec la même virtuosité le son et l’humour dans une veine proche du Trio Matamoros, il acquiert une renommée durable à Cuba et dans tout le monde hispanophone aux côtés de Lorenzo Hierrezuelo dans le duo Los Compadres entre 1942 et 1955.
Hierrezuelo fait la voix principale et la guitare d’accompagnement, Repilado fait la seconde voix d’où le surnom de Compay Segundo (compère second) et la guitare soliste avec son « armónico ». L’émission de radio quotidienne de Los Compadres est écoutée dans toute l’île, et même dans la voisine République Dominicaine. Leur style où les proverbes, les traits d’humour et les allusions gaillardes dominent, les rend populaires auprès des gens humbles, dans les campagnes comme dans les villes. Surtout, Los Compadres permettent à Repilado de populariser ses compositions : la mélodramatique Huellas del pasado, la sentimentale Macusa, inspirée par un amour de jeunesse, ou l’ironique ‘Vicenta…

En 1955, une brouille met fin à la collaboration entre les deux hommes. Lorenzo Hierrezuelo appelle à ses cotés son frère cadet Reynaldo et les Compadres poursuivront leur carrière jusqu’au milieu des années 80.

Compay, de son côté, prend du recul avec la musique et retrouve son emploi de « tabaquero » (fabriquant de cigares) .

En 1970, l’année de sa retraite, Compay reprend la musique et « el armónico », réunit un groupe de musiciens, et entre de nouveau au studio afin d’enregistrer un disque. Il retourne un temps à Santiago ou il crée le Cuarteto Daiquiri, et joue avec le fameux Cuarteto Patria.

En 1988, il participe au festival organisé par le Smithsonian Institute de Washington et le musicologue cubain Danilo Orozco, en tant qu’invité spécial du Cuarteto Patria (qu’il rejoindra à l’invitation d’Eliades Ochoa), et interprète pour la première fois « Chan Chan » qui devient vite un classique du son cubain.

En 1992, il enregistre 3 titres en duo avec Pablo Milanés, le plus célèbre chanteur cubain de la Nueva Trova, sur l’album de ce dernier, Años III (Egrem).

En 1994 il parcourt l’Europe avec son quartet « Compay Segundo y sus Muchachos » avec Benito Suárez (guitare), Hugo Garzón (chanteur et maracas) et son fils Salvador Repilado (basse). Il participe à la rencontre « Flamenco y Son cubano » à Séville au mois de juillet puis enregistre un CD aux Canaries.

compay02.jpg

En 1995 il fait sa première tournée en France et en Belgique et enregistre à Madrid son Antologia, un double CD avec 34 chansons, écrites pendant la période allant de 1922 et 1994.
Ses albums Yo Vengo Aquí (1996) et Calle salud (1999) seront disque d’or.

En 1997, la sortie de l’album Buena Vista Social Club produit par Ry Cooder (accompagné d’un documentaire de Wim Wenders en 1999) révèle mondialement sa personnalité attachante et son talent. Il joue des congas aussi.

Le 15 novembre 1997, à l’occasion de ses 90 ans, il reçut la Orden Félix Varela, plus haute distinction honorifique du monde des arts à Cuba.

Il disait souvent qu’il vivrait jusqu’à l’âge de 115 ans, en fumant un puro (cigare) par jour…, mais il meurt à l’âge de seulement 95 ans, à La Havane.

Discographie:

???? : Feliz Cumpleaños a Compay Segundo

1996 : Yo vengo aquí

1996 : Antología de Compay Segundo

1998 : Grandes exitos

1998 : Lo mejor de la vida

1999 : Calle Salud

2000 : Antología de la Música Cubana: Yo Soy del Norte

2000 : Las Flores De La Vida

2002 sort « Duets » une compilation de ses duos :

Saludo a Changó (Khaled),
Frutas del Caney (Félix Valoy),
Fidelidad (Silvio Rodríguez),
Morir de amor (Charles Aznavour, 1999),
Lágrimas negras (Cesaria Evora),
Linda Graciela (Basilio Repilado),
Chan chan (Eliades Ochoa),
Macusa (Pablo Milanes),
Viejos sones de Santiago (Duo Evocacion),
La pluma (Omara Portuondo),
Virgen del pino (Santiago Auserin) ,
Juliancito (Martirio & Raimundo Amador),
La juma de ayer (Pio Leyva),
Beautiful Maria of my soul (Antonio Banderas),
Baby keep smiling (Lou Bega),
Tente en pie (Los Compadres).

Ecoutez Compay Segundo sur 121 WebRadio
[/lang_fr]

[lang_en]

compay.jpg

Compay Segundo (November 18, 1907 – July 13, 2003) was a Cuban musician and songwriter.

Born Máximo Francisco Repilado Muñoz in the town of Siboney, in the East of Cuba, he moved to the city of Santiago de Cuba at age 9. In his early years he played the guitar, the clarinet, the bongos, and the congas. He became a songwriter and performer, well-known to fans of Cuban music as the second voice and tres player for Los Compadres, a group he formed in 1942 with Lorenzo Hierrezuelo.

Compadre, or compay for short, in Spanish indicates the relationship between a godfather and the parents of the godchild; thus someone’s « compadre » is the godfather of his or her offspring, « comadre » being the female version; as a colloquialism the term designates a good friend).

music-compay.jpg

Los Compadres were one of the most successful Cuban bands of their time. Their music still enjoys considerable popularity in the Spanish speaking Caribbean. Greater international fame came in 1997, with the release of the Buena Vista Social Club album, a hugely successful recording which won several Grammy awards. Compay Segundo appeared in the film of the same title, made subsequently by Wim Wenders.

Segundo’s most famous composition is « Chan Chan », the opening track on the Buena Vista Social Club album, whose four opening chords are instantly recognizable all over the world. « Chan Chan » was recorded by Segundo himself various times as well as by countless other Latin artists.

compay02.jpg

At a fiesta he sang to President Fidel Castro, who took his pulse and joked about his vitality despite his 90-plus years. « Who could have imagined that? » he asked when he found himself at the Vatican City, performing « Chan Chan » before Pope John Paul II. He explained his longevity simply: mutton consommé and a drink of rum.
He predicted that he would live to be 115, but died of kidney failure in Havana, twenty years short of his ambition.
Compay Segundo was also the inventor of the armónico, a seven-stringed guitar-like instrument.

Discography:

1942-1955

« Sentimiento guajiro »
« Cantando en el llano »
« Compay Segundo y Compay Primo »
« Mi son oriental »
« Los reyes del son »
« Los compadres »

1956-1995

« Balcón de Santiago »
« Balcón de Santiago – Reedición »
« Saludo, Compay »

1996-2002

« Cien años de son »
« Son del monte »
« Buena Vista Social Club »
« Antología » (1997)
« Lo mejor de la vida »
« Calle salud » 1999
« Yo soy del norte »
« Antología » (2001)
« Las flores de la vida »
« Duets » 2002 Anthology of Compay Segundo’s duos

Listen Compay Segundo on 121 web Radio !
[/lang_en]

About the Author