[lang_fr]Les Rita Mitsouko : Biographie[/lang_fr][lang_en]Les Rita Mitsouko : Biography[/lang_en]

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...

les-rita-mitsouko.jpg

[lang_fr]

Les Rita Mitsouko (formé en 1980) est un duo d’auteurs-compositeurs-interprètes pop-rock français, composé de Catherine Ringer et Frédéric Chichin.

[/lang_fr]

[lang_en]

Les Rita Mitsouko was a French pop rock group led by guitarist Fred Chichin and singer Catherine Ringer. The duo first performed as Rita Mitsouko at Gibus Club, Paris in 1980. They went on to become one of the most successful musical acts of the 1980s in France.

[/lang_en]

[lang_fr]

Biographie :

Catherine Ringer et Frédéric Chichin tombent amoureux au cours de l’année 1979. Ils font quelques concerts avec la danseuse argentine Marcia Moretto, qui décédera des suites d’un cancer. Le duo se produit sur diverses scènes comme l’Usine Pali-Kao, lieu alternatif unique à Belleville, avec quelques reprises (David Bowie, The Velvet Underground…) et leurs premières compositions originales. Leur look est comme leur musique, original et décalé (anoraks fluo ou sacs en plastique « Félix Potin ») et attire l’attention.

À noter que le nom de Rita Mitsouko est choisi pour rappeler leurs références musicales extrêmement variées : Rita se rapporte à la musique sud-américaine (et à l’actrice culte Rita Hayworth), et Mitsouko est un prénom japonais dont la première partie (Mitsu) peut s’interpréter comme signifiant « secret ». Par ailleurs, Mitsouko est également le nom d’un parfum de Guerlain. Au départ simplement appelé « Rita Mitsouko », le groupe s’est rebaptisé « Les Rita Mitsouko » dès 1985, quand il se sont aperçus que beaucoup de gens pensaient que le nom du groupe était en fait celui de la chanteuse.

Arrivent enfin quelques singles, chez Virgin, suivis de l’album Rita Mitsouko dont sera extrait le tube de l’année 1985 : Marcia Baila (en hommage à Marcia Moretto), morceau new wave dont le clip sera réalisé par Philippe Gautier, ainsi que le clip Andy. C’est le début du succès public, les tubes s’enchaînent : C’est comme ça, Les Histoires d’A. Jean-Baptiste Mondino réalise leurs clips, Jean-Luc Godard réalise le film Soigne ta droite (1987) autour de l’enregistrement de l’album The No Comprendo. Le groupe est à son sommet.

Le duo a gardé depuis 25 ans, sur disque comme sur scène, l’image d’un couple créatif et énergique, d’une grande originalité, qui ne se prend pas au sérieux et qui explore tous les courants musicaux, s’intéressant tour à tour au punk, à la new wave, au hip hop ou au jazz qu’ils réinventent sans complexes.

En août 2006, Catherine Ringer annonce sur France Inter que le groupe a enregistré une chanson avec Serj Tankian, chanteur de System of a Down.

En septembre 2006, ils participent à la création du spectacle Les Noces de l’Enfant-Roi, création d’Alfredo Arias présentée à Versailles dans le cadre du festival Fêtes de nuit de Versailles. Catherine Ringer avait déjà travaillé en solo avec Alfredo Arias, jouant et chantant le rôle titre de sa comédie musicale Concha Bonita en 2002.

rita_mitsouko.jpg

Leur dernier album, Variéty, coproduit par Mark Plati, est sorti chez Because Music le 23 avril 2007. Une version en langue anglaise de l’album, Variety est sortie en juillet. Ils entament par la suite une tournée européenne des festivals qui les mène en Espagne, en Allemagne, en Suisse ou en Italie.

Le 8 octobre 2007 est sorti un mini-album composé de six titres et intitulé The Eye EP chez Because Music.

En novembre 2007, les Rita Mitsouko sont contraints d’annuler une partie de leur tournée en raison de l’état de santé de Frédéric Chichin. Ainsi, le 13 novembre, Catherine Ringer monte seule sur la scène de l’Olympia.

Le 28 novembre 2007 au matin, Frédéric Chichin meurt, à 53 ans, d’un cancer fulgurant diagnostiqué deux mois auparavant. Le groupe devait se produire le soir même à l’Olympia.

Biographie de Catherine:

Catherine Ringer naît le 18 octobre 1957 à Suresnes de Jeanine et Samuel Ringer. Son père, polonais naturalisé français en 1980, est un artiste peintre de grand talent. Il a survécu aux camps de concentration. Sa mère a fait des études d’architectures aux Beaux-Arts.

La jeune Catherine apprend à jouer de la flûte, elle chante très tôt et écoute Georges BRASSENS, la CALLAS, mais aussi le VELVET UNDERGROUND.
Elle écrit des poèmes.
Très tôt, elle est mannequin-enfant pour des catalogues (Le Printemps) et fait la couverture de journeaux de modes.

On la voit dès l’âge de 8 ans dans « ILS ETAIENT DEUX COQUINS » réalisé par Marianne Oswald. Sa forte personnalité se remarque déjà à l’école, où bien qu’excellente élève, elle adopte un comportement non-conformiste. Dès 15 ans, elle quitte le Collège Honoré de Balzac et s’oriente vers une carrière artistique. Durant ses années d’apprentissage elle va multiplier les expériences, tenter d’aller au bout d’elle-même. Ses talents de comédienne, chanteuse et danseuse sont immédiatement éclatants si bien qu’à chaque casting, c’est elle que l’on choisira. Elle est débordante de vitalité, de charme, de charisme et de sensualité.

Catherine fait ses premiers pas sur scène au sein du Théâtre de Recherche Musicale de Michael LONSDALE : « Elle avait été engagée pour chanter dans un pièce poétique de Pierre Bourgeade qui s’appelait « Fragments pour le Che ». Elle déployait beaucoup d’énergie, étant à la fois fantasque, travailleuse, appliquée et talentueuse avec de grandes capacités de jeu et de chant ».

Puis Catherine rencontre la danseuse et chorégraphe argentine Marcia MORETTO, qui devient son professeur de danse. « Elle m’avait marquée, raconte Catherine, elle mélangeait tous les styles de danse, avec un charisme incroyable. Elle dansait avec le visage » On les verra danser ensemble au Café de la Gare en 1976 et au théâtre Le Palace à l’occasion du Festival Trans-Théâtres en 1977, dans un spectacle d’Armando Llamas, « SILENCES NOCTURNES AUX ILES DES FEES ». On voit par ailleurs Catherine dans des pièces de Bertold BRECHT, à l’affiche de N’SHIMA sous la direction de Iannis XENAKIS et dans une ballet africain : »J’avais appris toutes les danses. On aimait bien ma façon de danser, mais je n’étais pas noire, alors je restais en coulisse à faire les chœurs ». A la même période, elle prête sa voix à quelques dessins animés diffusés sur FR3 et à un film d’animation de Jean HURTADO : « LES BOULUGRES ». Ce film d’animation (où l’on reconnaît également les voix de Michael LONSDALE et Daniel BERLIOUX) sera achevé en 1984, mais ne sortira que 12 ans plus tard. Sur petit écran, elle est physiquement présente cette fois dans « LE TEMPS DES YEYES » de Gérard Jourd’hui. Un téléfilm diffusé sur la première chaîne le 16 janvier 1980.

lesritamitsouko.jpg

Biographie de Fred:

Fredéric Chichin est né le 29 avril 1954 à Clichy. Fils de Madeleine et Jean-Louis Chichin, ses origines sont italiennes, scandinaves et auvergnates. Dans les années 60, son père (cadre dans une entreprise de travaux publics) créé une revue, « Miroir du cinéma ». Invité à ce titre à toutes les avants-premières, il y entraîne son fils. La Nouvelle Vague fait rage mais Fred préfère les bons vieux Western. Et, même s’il apprécie les supers productions hollywoodiennes, le jeune homme a déjà le virus de la musique, celle des BEATLES ou des ROLLING STONES.

A 14 ans, il décide d’apprendre la batterie et la guitare lorsqu’il découvre JIMI HENDRIX. A 16 ans, il abandonne l’école et Aubervilliers pour « faire la route » et se consacrer à la musique. C’est le temps des squatts d’Amsterdam, de Londres, du Maroc… Pour subvenir à ses besoins, il est tour à tour employé aux PTT, distributeur de prospectus, accompagnateur d’un marionnettiste, machiniste à l’Opéra, assistant dans un studio d’enregistrement et bruiteur au cinéma. Puis, il fait un stage de musique éléctro-acoustique et contemporaine avec Nicolas FRIZE et fort de cette expérience, il fonde avec Jean NEPLIN un groupe de rock : FASSBINDER. Fred a alors les cheveux blonds et un pantalon en skaï rouge. Il participe à la naissance de TAXI GIRL (dont le chanteur Daniel DARC est le président du fan-club de Jean NEPLIN) avec lesquels il compose « Avenue Du Crime » pour leur album « SEPPUKU ». Fred quitte momentanément Jean NEPLIN pour suivre Alain KAN dans GAZOLINE. Ils se produisent au Gibus du 18 au 22 avril 1978, avec Fred à la basse, et son frère Hugues à la batterie. Passé l’époque GAZOLINE, Fred continue de composer sans relache…

rita-mitsouko.jpg

La rencontre

Les destins de Catherine RINGER et Fred CHICHIN vont se croiser au printemps 1979. Fred est engagé en tant que guitariste au sein de la troupe « Le fond de l’air est rock » qui joue à ce moment là « Flashes rouges », une pièce situationniste de Marc’O dont Catherine est la vedette. Ils ne se quittent plus, terminent leur discussion dans le studio de Fred. Jour après jour, ils apprennent à se connaître et fondent un groupe de rock. Ils louent un studio dans le XIXème, avenue Jean-Jaurès, dans un fond de cour. Guitares, basses, synthés et magnétophone quatre pistes emplissent l’endroit.

Catherine et Fred forment un couple moderne, égalitaire. Si Catherine écrit les paroles, elle n’en est pas moins musicienne : en plus de composer les musiques avec Fred, elle joue du synthé, de la basse, de la trompette et d’autres instruments encore. Ainsi constitués, ils se produisent en public pour la première fois au GIBUS sous le nom de SPRATZ sur fond de rythmiques enregistrées sur bandes, avec Catherine à l’orgue et Fred à la guitare. A un moment, Catherine et Fred envisagent de former un trio avec Jean NEPLIN. De ce trio mort-né resteront quelques concerts mythiques au GIBUS avec Catherine à la basse, Rickky DARLING et Fred aux guitares, et Hugues (le frère de Fred) à la batterie.

Le trio RINGER-NEPLIN-CHICHIN ne se séparera jamais totalement : lorsque Jean Neplin sortira son premier album solo, « Happening » on y trouvera un titre, « Resurected Humans » co-signé par Fred. A cette occasion une vidéo est tournée sur laquelle on retrouve la présence de Fred et Catherine. Plus tard, on découvrera sur chaque album des Rita Mitsouko un titre co-signé par Jean NEPLIN : « Le futur No 4 », « Tonite », « Perfect eyes », « La belle vie », « Dis-moi des mots ».

L’osmose entre Catherine et Fred est si forte qu’ils optent rapidement pour une formule en duo, les différents musiciens préssentis pour les rejoindre étant toujours trop déroutés par leur éclectisme musical. En effet, Catherine et Fred se jouent des étiquettes et apprécient des styles aussi divers que le jazz, le rock, la musique sud-américaine, la musique égyptienne, indienne… tout en étant marqué, entre autre, par David BOWIE, Iggy POP, ROXY MUSIC et les SPARKS. Le nom « RITA MITSOUKO » a d’ailleurs été choisi dans le même état d’esprit que « KIMONO MY HOUSE », le second album des SPARKS. RITA fait référence à la musique d’Amérique latine, et MITSOUKO, qui signifie « mystère » en japonais, est une fragrance de Guerlain.

Perfectionniste, le duo s’enferme pour composer et vit de sa musique en jouant plusieurs soirs par semaine dans des petites salles et des restaurants avec un magnéto à bandes et une boite à rythme. On les verra dans divers clubs européens, notamment à Amsterdam et en Italie.

L’auteur de théâtre Armando LLAMAS écrit avec Catherine DASTE « AUX LIMITES DE LA MER », joué à Sartrouville en 1980, puis à Rome et Turin en 1981 par Serge MAGGIANO, Nicolas ALLWRIGHT, Jean-Pierre CHATY, Catherine RINGER, Fred CHICHIN et Marcia MORETTO. Catherine et Fred composent les chansons et musiques de scène pour le spectacle ; Armando écrit les paroles (Arrangements de Daniel BERLIOUX, Armando et Catherine). La chorégraphie est de Marcia MORETTO. Mais la disparition prématurée de la danseuse argentine à l’âge de 32 ans mettra fin à cette collaboration.

Leurs premières prestations sous le nom RITA MITSOUKO se déroulent au GIBUS du 4 au 8 novembre 1980. Dès le début, c’est un groupe hors du commun que les spectateurs découvrent. Chaque spectacle est unique et leurs costumes délirants changent tous les soirs. On les voit ensuite au ROSE BONBON, à BOBINO et à l’usine PALIKAO.

Les premiers disques

Début 1982, les RITA MITSOUKO signent chez Virgin. A cette date, ils ont déjà enregistré de nombreux titres sur leur quatre pistes. Les talents d’ingénieur du son de Fred Chichin donnent un volume impeccable à ces premiers enregistrements.

Un single, « MINUIT DANSANT », est enregistré et sort sous la forme d’un 45 tours et d’un maxi 45 tours. Ils sont alors catalogués « minimalistes ».

Mais c’est « DON’T FORGET THE NITE », la face B de ce maxi 45 tours, qui retient l’attention des programmateurs de radios. Il ressort en face A en décembre, sous une nouvelle pochette et un nouveau morceau en face B « AÏE (KRIPTONITE MISS SPLEÏN) », qui confirme l’originalité et la forte identité du duo.

Les RITA MITSOUKO passent pour la première fois à l’Olympia le 1er Juillet 82, dans le cadre du festival « Rock D’Ici ». En 1983, ils font une tournée en province et dans les principales villes européennes.

Début 1984, Catherine et Fred partent à Cologne dans le studio de Conny PLANK pour y enregistrer leur premier album : « RITA MITSOUKO ». Des titres ont déjà été enregistrés dans le home-studio parisien et seront à peine retouchés : « JALOUSIE », « LE FUTUR N°4 », « LA FILLE VENUE DU FROID », « MARCIA BAILA ». Ce premier album sort en avril 1984 et reçoit des critiques favorables. Virgin pense d’abord, suivant le souhait de Catherine et Fred, sortir « MARCIA BAILA » en single mais cette idée n’ira pas plus loin que le test pressing (« MARCIA BAILA » en face A, et « DANS LA STEPPE » en face B).

C’est « RESTEZ AVEC MOI » qui est finalement choisi pour être le premier single. On découvre à cette occasion Catherine et Fred dans des accoutrements délirants lors de la promotion de ce titre dans diverses émissions TV.

Sur les radios rock, « JALOUSIE » est régulièrement programmée et sera même reprise sur scène par Jean-Louis Aubert. On pourra entendre cette version dans un album de reprises, « DIVERSION », où se trouvera également « DON’T FORGET THE NITE » interprété par Etienne Daho.

Pendant la « Semaine des Jeunes Créateurs » organisée par la revue « Autrement », ils sont présentés à François Mitterrand lors d’un concert au musée des Arts Décoratifs le 2 octobre 84. S’en suivent deux concerts au Théâtre du Forum les 9 et 10 octobre, puis une tournée en province. Le groupe est alors accompagné de quatre musiciens. Fin 1984, ACTUEL organise un concert au Casino de Paris où ils jouent avec d’autres musiciens. Un autre concert aura lieu au Palais des Congrès.

lesritamitsouko1.jpg

Le décollage

Début 1985, « MARCIA BAILA » est choisi pour être le deuxième single extrait de l’album « RITA MITSOUKO ». Pour l’occasion, le titre est remixé par Dominique Blanc-Francard, mais reste inédit en France (exception faite de l’instrumental).

La video est tournée par Philippe Gautier et contribue à la reconnaissance du duo en France et au delà des frontières ; elle sera même diffusée régulièrement au musée d’art moderne de New York. C’est tout le Paris créatif du mileu des années 80 qui est mis en scène dans ce petit chef-d’oeuvre : Les costumes sont de Jean-Paul Gaultier et de Thierry Mugler…

« MARCIA BAILA » se classe 2ème au TOP 50 français le 30 juillet : C’est la consécration pour Catherine et Fred, qui veulent rester maîtres de leur musique, refusant à une grande marque une grosse somme d’argent pour l’utilisation du titre pour une publicité. Après de nombreux passages télévisés, ils parcourent la France lors d’une tournée des clubs. Hormis leur répertoire, les Rita reprennent le « MORE MONEY » de Prince Charles, faisant d’un titre à la base funky, un blues déjanté et puissant. Ils font la première partie des SMITHS et de KID CREOLE AND THE COCONUTS. Début juin, on les retrouve au Japon où l’album et le maxi de « MARCIA BAILA » viennent tout juste de sortir et suscitent l’intérêt des médias locaux.

« ALL TOMORROW’S PARTIES » (RealAudio) est enregistré au studio Garage et sort sur la compilation « Les Enfants Du Velvet », disque en hommage au Velvet Underground. A la fin de l’année, ils donnent quelques concerts aux U.S.A. notamment au Ritz à New York.

The No Comprendo

Début 1986, après un second séjour au Japon le duo s’enferme pour composer de nouvelles chansons. Le cinéaste Jean-Luc Godard leur propose de filmer leur séances de création. Une équipe réduite s’installe chez eux, dans le studio de l’avenue Jean-Jaurès, et les suivra également au studio Garage.

Le film « SOIGNE TA DROITE » sort le 18 novembre 1987, et il est intéressant à plus d’un titre : Non seulement on y entend des versions inédites de « C’EST COMME CA », « TONITE », « LES HISTOIRES D’A », « UN SOIR UN CHIEN » (Jean-Luc Godard a pu disposer des bandes 24 pistes et a mixé à sa guise les chansons pour les besoins du film), mais également des inédits comme « ELLE DEMANDE QUELQU’UN » (composé avec Jean Néplin) ou « UNE FILLE A COLORIER », qui sera enregistré par MARIE FRANCE.

Le travail de Conny Plank sur le premier album ne les ayant pas entièrement satisfait, les RITA MITSOUKO recherchent un nouveau producteur : c’est le légendaire Tony VISCONTI (T-REX, DAVID BOWIE…) qui prendra la relève. A l’écoute d’une cassette démo des Rita, il est intrigué… »Je n’aurais jamais cru rencontrer un groupe français capable de rivaliser avec les anglais ou les américains… ». Et c’est ainsi que Catherine et Fred partent donc à Londres, au Good Earth, le studio de Tony VISCONTI.

« ANDY » / « UN SOIR, UN CHIEN » sort en juin. L’accroche du 45T promo annonce « les 2 faces A de RITA MITSOUKO » (on peut lire au dos du 45T commercial la mention « écouter les deux côtés »). De ces deux titres, c’est finalement ANDY qui sera plébiscité par les radios, donnant aux RITA MITSOUKO leur deuxième gros succès populaire. Le clip est tourné en août par Philippe Gautier, en version française et anglaise.

Catherine et Fred choisisent désormais de se faire appeler LES Rita Mitsouko, pour éviter que l’on identifie Rita Mitsouko à Catherine seulement.

« LES RITA MITSOUKO PRESENTENT THE NO COMPRENDO » sort le 20 septembre 1986 en France. Il devient vite un album rock de référence (Grand Prix de l’Académie Charles Cros 1987, « meilleur album » aux Victoires de la Musique 1987) et va dépasser les frontières. Le morceau « NUIT D’IVRESSE » est la chanson du film du même nom de Josiane Balasko, qui sort à l’automne. Ce disque est une véritable mine de chansons intemporelles qui inspireront de nombreux réalisateurs de cinéma. Dix ans après, on retrouve « TONITE » sur la B.O.F. du film « Les Voleurs » d’André Téchiné, qui avait déjà utilisé « ANDY » dans « Ma Saison Préférée », « ANDY » que l’on retrouve également dans « Comme Elle Respire » de Pierre Salvadori ; « C’EST COMME CA » est utilisé dans « Le Cousin » d’Alain Corneau et dans « La Vie Est Un Long Fleuve Tranquille », « SOMEONE TO LOVE » dans un film d’Agnès Varda, et la liste est longue…

Les RITA n’ont jamais caché leur intérêt pour le cinéma, d’ailleurs Catherine et Fred sont de très bons comédiens – Maurice Pialat proposera à Fred de jouer Gauguin dans son « VAN GOGH » – mais ils désirent privilégier leur carrière musicale.

Début novembre 1986 sort le 45T « C’EST COMME CA ». Le clip est tourné par Jean-Baptiste Mondino. (Clip de l’année aux Victoires de la Musique 1987). On retrouve sur la face B l’inédit « CLOWN DE MES MALHEURS » (RealAudio).

En décembre 1986, les RITA interprêtent à la TV une version délirante du classique de Charles Aznavour, « TU T’LAISSES ALLER ».

En mars 1987, les RITA partent à New York auditionner des musiciens pour une formation live. Prince Charles fait partie de la troupe. En avril, la tournée française est sold out. A Paris, Catherine et Fred inaugurent la Cigale, un ancien théâtre qui deviendra leur lieu fétiche et une scène musicale incontournable ! La demande du public est telle qu’une date est ajoutée dans un lieu plus grand, le Zénith de Paris le 26 juin.

Le 11 juin, les éditions Virgin sortent une superbe brochure « Les RITA MITSOUKO illustrés » dans laquelle pas moins 15 peintres dont Samuel Ringer (le père de Catherine), Mosner, Placid, Combas, Di Rosa, Muzo… illustrent les textes de leurs chansons.

Troisième single, « LES HISTOIRES D’A », sort fin juin 87. A présent, les RITA deviennent un « groupe d’album » : les ventes d’albums dépassent les ventes de singles.

En février 1988, le single « ANDY », est remixé par Jesse Johnson et se classe 11ème dans les DANCE CHARTS du Billboard. A cette occasion, les RITA partent aux U.S.A. pour une tournée des clubs de 15 dates en trio avec Richie Harrisson à la batterie. Les SPARKS viennent les saluer backstage à l’occasion de leur concert au Flaming Colossus de Los Angeles. Il sympathisent et prennent rendez-vous pour une future collaboration…

ritamitsouko.jpg

Marc et Robert

La collaboration avec Tony VISCONTI se poursuit. Juste avant l’enregistrement du nouvel album, Catherine enregistre avec Marc LAVOINE un duo : « QU’EST-CE QUE T’ES BELLE », produit par Tony Visconti et clippé par Jean-Baptiste Mondino. Le chanteur Boy GEORGE et Michael HUTCHENCE du groupe INXS manifestent également leur désir d’enregistrer avec les RITA qui s’y opposent.

Vient le temps de « MARC & ROBERT », le troisième album. La quasi totalité des chansons sera composée directement en studio, à part « AILLEURS », que les RITA avaient composé au début des années 80 et « PERFECT EYES » écrit par Catherine et Jean NEPLIN en 1982. Le titre de l’album est inspiré par deux amis musiciens des RITA, Marc ANCIAUX (Marco) et Robert BASARTE, ex-« Les OFFICIELS ». Marc et Robert rencontrent Dave STEWART (de EURYTHMICS), qui habite alors à Paris, les signe sur son label Anxious. Le groupe n’a pas de nom. Leurs amis Fred et Catherine suggèrent Marc & Robert mais ils ne sont pas emballés. Ils décident de s’appeller les « Century Boys »… Pour leur faire une blague, Fred et Catherine appelent leur album « MARC & ROBERT ».

« MARC & ROBERT » sort le 7 novembre 1988. Le concept de la pochette est, entre autre, un clin d’œil à « INTERIOR DESIGN » des SPARKS (la photo est prise dans le nouveau home-studio des RITA). Sur « MANDOLINO CITY », Jean-Baptiste MONDINO, le pape du clip vidéo qui est aussi photographe et musicien à ses heures, trouve le riff de guitare. Ron et Russell MAEL, les frères SPARKS, ont composé les titres « SINGING IN THE SHOWER » et « LIVE IN LAS VEGAS » et chantent également sur « HIP KIT ». Lors de leur passage à Paris en avril 88 pour leur propre promotion, les SPARKS ont le plaisir d’avoir les RITA avec eux sur scène (Catherine est à la basse). « LE PETIT TRAIN », inspiré d’une ritournelle d’André Claveau en 1952, est une chanson à double message. Cette dualité se retrouve également sur les pochettes du 45T et du maxi 45T, la première montrant le côté sombre du titre et la deuxième son côté festif. Tout l’album est remixé par Jesse JOHNSON, mais seuls certains de ses mixes sont retenus : « TONGUE DANCE », « SINGING IN THE SHOWER » et « LIVE IN LAS VEGAS » Les remixes de « HIP KIT » et du « PETIT TRAIN » se retrouvent sur les maxis.

Une belle rencontre, celle de Catherine et Fred avec le photographe Robert DOISNEAU. La photo la plus connue est celle de la pochette du premier single, »MANDOLINO CITY », qui sort le 1er novembre 1988.

Une expérience originale est tentée conjointement par les RITA et le mensuel ACTUEL : Une chanson, disponible uniquement sur cassette, est spécialement enregistrée pour les lecteurs : « ON VA DANSER ».

Le single « SINGING IN THE SHOWER » sort en Europe le 29 novembre 1988 puis en France le 11 janvier 1989. Ce sera le plus gros succès radiophonique de cet album. Une video, pour laquelle la bande-son est légèrement modifiée, est tournée à Londres par Tim POPE.

Les RITA partent quelques jours à Moscou fin décembre à l’occasion de l’émission CHTO, CHTE, KAKDIA (« Qui, où, quand ? ») du 29 décembre 1988 où ils interprêtent « ANDY » et « MANDOLINO CITY ». Ils en profitent pour illustrer avec le réalisateur Roland ALLARD quelques chansons du nouvel album. On voit le résultat dans un long-form « PANNE DANS LA GUERRE FROIDE », qu’on retrouve dans la video cassette « 8 Clips et 2 Films ».

« TONGUE DANCE », remixé par Mark MOORE et William ORBIT, est le nouveau single qui sort dans toute l’Europe au printemps 89 ; la France devra attendre une année avant de pouvoir se procurer ce single en maxi et CDmaxi.

L’été, Catherine et Fred partent en Inde, à Bombay, pour filmer la vidéo du prochain single, « LE PETIT TRAIN », réalisée par Jean ACHACHE d’après un scénario de Catherine. En découle également un second long-form, « LA VIE DU RAIL », qui figure aussi sur la cassette « 8 Clips et 2 Films ». A la différence de « PANNE DANS LA GUERRE FROIDE », qui ne comprenait que des extraits de « MARC & ROBERT », c’est un véritable kaléïdoscope de la carrière des Rita puisque chaque album y est représenté par une ou deux chansons.

Début 1990, Catherine et Fred reçoivent le « Bus d’Acier » de la décennie et fêtent cet événement au Bus Palladium.

Re (mixes)

Catherine et Fred sont heureux de posséder maintenant un nouveau home-studio 24 pistes.

Fred passe des heures à chercher des nouveaux sons et se métamorphose en FAT FREDDY, pseudo qu’il choisit pour le crédit des chansons qu’il remixe. Vient donc l’idée d’un album de remixes destiné aux DJ : le « RE », pour lequel il remixe « LE PETIT TRAIN », « NUIT D’IVRESSE », « ANDY » ainsi que « JALOUSIE » (avec DEE NASTY). Tony Visconti remixe « MARCIA BAILA » et « DON’T FORGET THE NITE » (deuxième single extrait de l’album), réenregistré à l’occasion. On retrouve également sur le « RE » les maxis de « C’EST COMME CA », « ANDY » (« Bassapella » par Jesse Johnson) ainsi que des remixes de William Orbit de « SINGING IN THE SHOWER », « TONGUE DANCE », et « HIP KIT ».

Le « RE » sort à la mi-octobre 90. Une video de Hiroyuki NAKANO accompagne le 1er single, « HIP KIT ».

Pour l’occasion les RITA s’installent à la Cigale le 4 décembre 1990. Un mois de concerts est prévu mais vu le succès rencontré, ils jouent jusqu’à fin janvier 1991. Le concept est novateur : La scène représente un studio d’enregistrement et le son est excellent. L’ingénieur du son fait les réglages sur la scène même.

C’est l’occasion de découvrir des nouveaux morceaux dont trois restent à ce jour inédits : « DELIT DE SALE GUEULE » (chanson-ovni inclassable, avec une rythmique géante…), « DO ZE DO » (du funky brut), « MENTAL GHETTO » (deep funk, influencé par le Jesse Johnson de « SHOCKADELICA »), « LES AMANTS ». Après avoir entendu cette dernière chanson, Leos CARAX demande aux RITA d’écrire la musique de son prochain film « Les Amants Du Pont Neuf ». Au final, seule une version démo des « AMANTS » sera retenue. La version définitive apparait dans « SYSTEME D » et sort même en single à l’été 1994.

Système D

Pour leur nouvel album, Catherine et Fred déménagent leur studio parisien dans une grande maison marocaine située à Essaouira (anciennement Mogador). . Tony Visconti est présent pour la prise de son. Il ne produira pas l’album car Catherine et Fred souhaitent lui donner une sonorité différente.

De retour à Paris, Carmen Rizzo, un américain trouvé à New-York, mixera l’album.

« SYSTEME D » sort le 16 novembre 1993.

« GODFATHER OF SOUL » est une chanson connue des fans, puisqu’on pouvait l’entendre à la fin du film de Josianne Balasko « Ma Vie Est Un Enfer », dans une version démo. Par ailleurs, toute la musique de ce film a été composée par Catherine et Fred. « LA STEPPE » est une nouvelle version de « DANS LA STEPPE », face B de « RESTEZ AVEC MOI ». « L’HOTEL PARTICULIER » est une chanson de de Serge Gainsbourg. On la retrouve en version longue sur le maxi CD de « FEMME D’AFFAIRES ». »MY LOVE IS BAD » est un duo avec Iggy Pop.

« Y’A D’LA HAINE », le 1er single extrait, devient très vite un classique. Il est brillament remixé par William Orbit. Le clip de Sébastien Chanterel sera couronné par MTV Europe ‘Clip de l’année’ 1994.

« LES AMANTS » est choisi pour être le 2ème single ; le clip est réalisé par Jean-Baptiste Mondino.

Une tournée en banlieue parisienne précède 4 dates à l’Olympia et un Palais des Sports. Puis c’est la tournée en province et à l’étranger, qui les aménera, entre autre, en Allemagne, Espagne, Pologne, Hongrie, Slovaquie…

Catherine & Fred participent à de nombreuses émissions de télévision, qui sont prétextes à des duos et jams avec IAM, Khaled, FFF (Zorro), Césaria Evora (Saudade)…

A la même époque, Xavier Coton fait une exposition qui rassemble de superbes portraits de Catherine & Fred.

Le Festival HALOU (Printemps en japonais) à Tokyo leur permet de rencontrer l’accordéoniste COBA, avec lequel ils enregistrent « PEUT-ETRE CE SOIR », sorti au japon en 1995 sur l’album « ROOTS ». Les Rita entament une seconde tournée française à l’été 1995.

A l’automne sortie de la très attendue video cassette « 8 Clips et 2 Films ».

La même année, Catherine Ringer est l’invitée de l’accordéoniste Richard Galliano lors d’un concert à la Cité de la Musique à Paris. Catherine y interprète des chansons de Charles Trenet, Mick Jagger ou Léo Ferré. Elle a également interprété à d’autres occasions certaines chansons du répertoire d’Edith Piaf, comme MON DIEU, PADAM PADAM ou L’ACCORDEONISTE.

La tournée qui accompagne « SYSTEME D » finira en 1996.

rita_mitsouko_variety.jpg

Acoustiques

Une proposition de M6 en octobre 1996 donne le prétexte aux RITA de sortir un premier album live : « ACOUSTIQUES ».

Mis en boite une nuit d’octobre à l’Opus café, ce projet rassemble les plus grands succès des Rita en version acoustique, ainsi que des titres moins connus… C’est aussi l’occasion de duos, comme »AILLEURS », (avec Princesse Erika), ou une adaption d’un succès d’Ivan Rébroff « RICHE » (avec Doc Gynéco), ans oublier les deux inédits : « LA TAILLE DU BAMBOU » et « LES CONSONNES ».

L’album « ACOUSTIQUES » sort le 27 octobre 1996, le jour même de la diffusion du concert sur M6. Disque d’or dès sa sortie, « ACOUSTIQUES » est un grand succès. C’est la première fois que des violons rejoignent une formation live des Rita, ce qui leur donne envie de prolonger l’expérience. On les retrouve ainsi au cours de l’année 1997 en Europe de l’Est.

Riches de cette nouvelle aventure, les Rita s’offrent une carte blanche à la ‘Cité de la Musique’ en février 1997, avec des invités comme Blanca Li, Marianne Matheus ou Solo, du groupe Assassin. En plus de « LA TAILLE DU BAMBOU » et des « CONSONNES », c’est une multitude d’inédits qui sont joués lors de ces 3 concerts. On peut entendre ainsi pour la première fois « UN ZERO », « LES GUERRIERS », « C’ETAIT UN HOMME », « TOI & MOI & ELLE », « ELEGANTO », « GRIP SHIT RIDER », « LA SORCIERE & L’INQUISITEUR », « LE JUSTE PRIX ». « ME, MYSELF & I » est une reprise de Soul 2 Soul. Ces concerts sont un tel succès qu’une date est ajoutée : La Cigale le 7 mars. A cette occasion Doc Gynéco viendra rapper sur « RICHE » et « ANDY ».

On peut écouter le concert du 21 février 1997 dans les archives de la Médiathèque de la Cité de la Musique à Paris, des extraits sont également en ligne.

En juillet, Catherine Ringer accompagne Richard Galliano pour la seconde fois au festival de Jazz d’Antibes / Juan les Pins.

Le Jazz sera d’ailleurs assez présent dans l’agenda de Catherine puisqu’elle reprend « LES JOYEUX BOUCHERS » de Boris Vian sur l’album JAZZ A SAINT GERMAIN, et qu’elle collabore avec Archie Shepp pour la bande son du film « Sinon, oui », en composant et interprétant 4 morceaux : « MAMAN MENT », « LES SOUPIRS », « FAUT S’DEFENDRE », « LES INDIENS ».

Moins jazzy et plus latino, « ESO ES EL AMOR », chanson du film « Un Grand Cri D’Amour » de Josiane Balasko, qui réalise également le clip, sort en single en janvier 1998.

En avril 1998 « RENDEZ-VOUS » sort au Japon sur l’album de COBA, « CONSCIOUS POSI ».

En 1999, les Rita apparaissent quatre fois en public : Lors d’un concert de DAARA-J au quartier Latin, à la ‘Clef’ de Saint-Germain-En-Laye où ils participent au concert de JEAN NEPLIN, à ‘l’Elysée Montmartre’ pour le concert de soutien au GISTI, où est joué « C’ETAIT UN HOMME » et où l’on découvre pour la première fois « COOL FRENESIE » (avec Etienne de Crecy) et « FATIGUE D’ETRE FATIGUE ». On les voit enfin sur scène à Bercy le 10 septembre lors du concert de MASSIVE ATTACK où ils interprètent « THIS LOVE » de Craig Armstrong.

« LE JUSTE PRIX » sort sur l’album EMMAUS MOUVEMENT en novembre 1999.

Cool Frénésie

« Cool Frenesie » sort le 7 mars 2000. L’album est très bien accueilli par la presse. C’est le grand retour des Rita, qu’on va voir à la TV soutenir le premier single extrait : « Cool Frenesie » qui donne son nom à l’album, et dont la vidéo est réalisée par Sebastien Caudron.

Pour la première fois Jean Neplin chante avec Catherine sur disque. Cet album est réalisé par Catherine, Fred, Marco, Iso, Doctor L et Jean-Michel Toulon ; certains titres sont co-écrits par Youth (« Alors C’est Quoi », « Jam »)

Avant même que l’album ne soit dans les bacs, les Rita débutent une tournée le 20 février . Lors d’un concert à Clermont-Ferrand fin février – retransmis sur Internet, tout comme celui de la Fiesta des Suds du 12 octobre – , ils reprennent « Nicotine » de Serge Gainsbourg (Créé par Jane Birkin). On peut les entendre sur France Inter lors d’une Black Session le 10 avril (extrait : La Sorcière et l’Inquisiteur), et sur Europe 2 le 1er octobre pour un concert exclusif. Ces deux prestations ont été enregistrés au Trabendo, salle que les Rita ont inaugurée le 4 mars lors de leur première prestation parisienne de l’année ; on les retrouvera également pour sept soirées à la Cigale en avril et deux soirées au Folies Bergère en décembre. Les Rita donneront au court de l’année 2000 des prestations en Belgique, Suisse et au Canada.

Jean William Thoury signe un livre, « Les Rita Mitsouko, c’est (toujours) comme ça » qui paraît aux éditions La Mascara.

En mai, le single « Alors C’est Quoi / Allo » (DE 6093) est envoyé aux radios en CD promo. Un maxi promo (DE 8467) est quant à lui envoyé aux clubs, avec un remix. Un CDS commercial 3 titres est pressé (N° 89690729) avec pour tracklisting « Alors C’est Quoi » (album version) / « Allo !  » (album version) / « Allo !  » (club version). Ce single est un collector car il ne sera finalement pas commercialisé. La bande son du clip « Alors C’est Quoi » est différente de la version album.

Le 10 juin, les Rita interpètent « Ma Gueule » avec Johnny hallyday sous la tour Eiffel. Ce concert, célébrant les 40 de carrière de Johnny, sortira en CD, VHS et DVD.

Une édition limitée de l’album « Cool Frenesie » sort avec deux inédits : « L’Oiseau Chante » (composé avec Howie B) et « Eleganto ».

L’été, les Festivals donnent l’occasion aux Rita de se faire connaître à un nouveau public, qui découvre, stupéfait un groupe immense : « Aussi électriques qu’inspirés, les Rita livrent un set d’une intensité rare, à côté duquel peu d’autres groupes auraient souffert la comparaison. » (Rock & Folk, septembre 2000).

En novembre, une seconde édition limitée de l’album « Cool Frenesie » sort avec un CD-Rom comprenant les clips de « Cool Frenesie » et de « Alors C’est Quoi ». A la même période est envoyé aux radios un CD single promo avec un edit de « Femme De Moyen-Age ». Encore un collector, puisque ce titre n’est pas sorti dans le commerce.

A l’occasion des dix ans de la mort de Serge Gainsbourg, un album hommage, Pop Sessions, sort en mars 2001; les Rita y contribuent en reprenant « L’Hippopodame ».

A la même époque, ils interprètent « La Sorcière et l’Inquisiteur » aux Victoires de la Musique. La SACEM les récompense avec le Prix Roger Seiller du groupe français (Prix de Printemps 2001).

« Le Paradis Bleu Des Coeurs Couronnés », deuxième album de Jean Néplin, sort le 2 octobre 2001 ; il est produit par les Rita Mitsouko. On peut entendre Catherine dans les choeurs de plusieurs chansons, et même chanter le début de « Victor ». Le 23 octobre sort la B.O.F. du film « Reines d’un jour », où Catherine reprend « Le Vent » de Georges Brassens.

Enfin, le 6 novembre, le « Bestov », première compilation des Rita, est dans les bacs. On y retrouve les grands succès des Rita en versions originales, ainsi que « Clown De Mes Malheurs », jusque là inédit en CD. Un coffret en tirage limité contient la totalité des clips en DVD.

les_rita_mitsouko.jpg

La Femme Trombone

Les 20 et 27 janvier 2002, Les Rita investissent le théâtre des Champs Elysées pour deux concerts avec l’Orchestre Lamoureux. Pour la première fois, on peut entendre certaines chansons du répertoire des Rita en version symphonique, et en avant-première « Triton » et « Trop Bonne ». Des classiques de Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Charles Trénet et Neil Young sont également interprétés. L’album « Les Rita Mitsouko en concert avec l’Orchestre Lamoureux » sorti le 23 mars 2004 immortalise ces versions symphoniques, et les Rita joueront à cette occasion deux soirs au Cirque d’Hiver les 14 & 15 avril 2004.

Dès les 28 et 29 juin et le 11 juillet 2002 au Trabendo, on peut avoir une idée précise de la teneur du prochain album, ainsi que les 3 et 4 juillet à l’Espace Cardin. Le 10 septembre 2002 sort « La Femme Trombone des Rita Mitsouko », mixé en novembre – décembre 2001 au studio Plus XXX. C’est un album court et concis : 11 chansons et 2 interludes. La pochette a été réalisée par Phil Frost. Les deux premiers singles « Triton » et « Sacha », sont clipés par Hiroyuki Nakano. Un troisième single « Tu Me Manques » sera envoyé aux radios. La série de concerts continue, avec un Grand Rex le 20 septembre (+ 27/28 fevrier 2003) et une tournée française en septembre-octobre, annonçant une tournée plus vaste entre mai et juillet 2003.

5 décembre 2002 : C’est la première au palais de Chaillot de Concha Bonita, spectacle musical réalisé par Alfredo Arias (avec une musique de Nicola Piovani sur un livret d’Alfredo Arias et René de Ceccatty) , dont Catherine tient la tête d’affiche. Le succès sera en rendez-vous, puisqu’une tournée en France aura lieu en 2003, un DVD sortira le 10 décembre. L’adaptation du spectacle en italien donnera lieu à une tournée à travers l’Italie, ainsi qu’à un CD du spectacle en italien. Cette collaboration avec Alfredo Arias se poursuivra en août et septembre 2006 lors des représentations des « Noces de l’Enfant-Roi » au château de Versailles, pour lesquelles les Rita composeront la musique.

Catherine s’impliquera également sur cette période dans d’autres collaborations : Un duo avec Djura sur « Tawes », un autre avec Thomas Fersen sur « Maudie », la bande son d’un court métrage en animation « Nosferatu ». Quelques apparitions à la télévision : « La Bohême » en duo avec Corneille, lors d’un concert hommage à Charles Aznavour (sorti en DVD), et deux chansons d’Edith Piaf, « La Goualante Du Pauvre Jean » et « La Fille Et Le Chien », à l’occasion du festival de Montreux.

Fred, de son côté, remixe Amadou et Mariam ainsi que Bebel Gilberto et Asyl.

Parmi les nombreuses reprises de titres des Rita sur cette période, on peut noter l’adapation de « C’est Comme Ca » en brésilien par « Capital Initial » : « Sem Cansar ».

Discographie

Albums:

Albums studio

1984 : Rita Mitsouko
1986 : The No Comprendo
1988 : Marc & Robert
1993 : Système D
2000 : Cool Frénésie
2002 : La Femme trombone
2007 : Variéty (édition française) et Variety (version anglaise).

Albums live

1996 : Acoustiques, album live enregistré au cours d’un concert privé sur la chaîne de télévision M6
2004 : En concert avec l’Orchestre Lamoureux, album live constitué du répertoire des Rita et de reprises (Léo Ferré, Charles Trenet, Neil Young ou Serge Gainsbourg).

Autres

1990 : Re, album de remix
2001 : Le Bestov, compilation
2007 : The Eye – More Variety, EP

Singles:

Minuit dansant / Don’t Forget the Nite,
Restez avec moi, Marcia Baila (extraits de l’album Rita Mitsouko)
Andy / Un soir, un chien, C’est comme ça, Les histoires d’A (extraits de l’album The No Comprendo)
Mandolino City, Singing in the Shower (avec les Sparks), Tongue Dance, Le Petit Train (extraits de l’album Marc et Robert)
Hip Kit, Don’t Forget the Nite (extraits de l’album Re)
Y’a d’la haine, Les Amants, Femme d’affaires (extraits de l’album Système D)
Riche (duo avec Doc Gynéco, extrait de l’album Acoustiques), adaptation de If I Were a Rich Man.
Cool Frénésie, Alors C’est Quoi, Femme de Moyen-Age (extrait de l’album Cool Frénésie)
Triton, Sasha, Tu Me Manques (extrait de l’album La Femme trombone)
Communiqueur d’Amour, Ding Ding Dong, Même Si (extraits de l’album Variéty)

Récompenses

1987 : Grand Prix de l’Académie Charles-Cros
1987 : Victoires de la musique du meilleur album pour « The no comprendo » et du meilleur clip pour « C’est comme ça »
1990 : Bus d’Acier de la décennie pour l’ensemble de leur œuvre.
1994 : Clip de l’année aux MTV Europe Music Awards pour « Y’a d’la haine ».
2001 : Prix Roger-Seiller du groupe français (prix de Printemps de la SACEM).

[/lang_fr]

[lang_en]

History:

Rita Mitsouko began performing in the early 1980s in alternative spaces such as the Pali-Kao, a squatted factory building in Belleville, Paris.

The band first achieved major popular success in 1985, with the release of the second single from their first album: « Marcia Baïla » rose to number 2 on the French record charts that summer. Philippe Gautier directed a vibrant and widely viewed music video to accompany the record. « Marcia Baïla » is an homage to Argentinian choreographer and dancer Marcia Moretto, with whom Catherine Ringer had studied and performed in the 1970s. Moretto died of cancer in 1981 at the age of 32.

Rita Mitsouko was a creative and eccentric debut album, combining elements of punk, rock, synth pop and jazz. Coupled with the band’s colorful, wild, over-the-top image, it brought Rita Mitsouko to the attention of some important anglophone listeners.

American record producer and musician Tony Visconti produced the band’s next two albums, The No Comprendo and Marc et Robert, helping to polish and perfect their sound. These two albums feature both French and English lyrics. The most successful singles from these albums were « C’est comme ça » and ‘ »Andy. »

rita_mitsouko.jpg

The American band Sparks collaborated with Les Rita Mitsouko on Marc et Robert. Russell Mael sings lead vocals with Catherine Ringer on three of the album’s tracks, « Singing in the Shower, » « Live in Las Vegas, » and « Hip Kit. »

Jean-Baptiste Mondino directed most of Les Rita Mitsouko’s music videos in the 1980s.

Jean-Luc Godard’s 1987 feature film Soigne ta droite incorporates documentary footage of the band’s The No Comprendo recording sessions.

In 1993, the video of « Y’a d’la haine, » from the album Système D, was awarded Clip of the Year by MTV Europe.

On Système D Catherine Ringer sings a duet, « My Love Is Bad, » with Iggy Pop. Variéty also includes a vocal duo in which Ringer is joined by guest musician Serj Tankian (from System of a Down).

Les Rita Mitsouko’s album Variéty was released in 2007 in both French and in English (Variety) versions; it was produced by Mark Plati.

On Wednesday November 28th 2007, Fred Chichin died from cancer while the band had just cancelled their previous concert dates in Paris. He was only diagnosed with the disease two months before.

[/lang_en]

About the Author