[lang_fr]Michel Berger : Biographie[/lang_fr][lang_en]Michel Berger : Biography[/lang_en]

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 4,67 out of 5)
Loading...

[lang_fr]

Michel Berger (né Michel-Jean Hamburger le 28 novembre 1947 à Neuilly-sur-Seine, France et mort le 2 août 1992 à Ramatuelle, France) est un auteur-compositeur-interprète, directeur artistique et arrangeur musical français. Il est le fils du médecin Jean Hamburger et de la concertiste Annette Haas. Il est notamment connu pour son travail aux côtés de son épouse, France Gall.

Biographie

Il se fait connaître en tant que chanteur dès l’époque de Salut les copains dans les années 1960. Il passe ensuite à la production chez EMI où il écrit, entre autres, Les Girafes pour Bourvil en 1967. Au début des années 1970, chez Warner, il produit les premiers albums de Véronique Sanson et, plus tard, en 1989, un autre titre, Allah. En 1973, il produit également un album pour Françoise Hardy qui relancera la carrière de celle-ci avec, notamment, Message personnel. Toujours pour Françoise Hardy, il produira ensuite un 45 tours (Je suis moi). Il commence à écrire pour France Gall en 1974 avant de l’épouser le 22 juin 1976 et il produira ensuite tous ses albums à partir de 1975. Il produira aussi l’album Rock ‘n’ Roll Attitude pour Johnny Hallyday (1985) dont il mettra en scène, dans la foulée, son spectacle consécutif avant de réaliser celui de France Gall en 1987 (Le Tour de France 88).

Entre temps, il a composé un opéra rock, Starmania, dont le texte est écrit par Luc Plamondon et dont l’album studio sort en 1978. Il est notamment interprété par France Gall, Daniel Balavoine, Diane Dufresne, Nanette Workman, Éric Estève et Fabienne Thibeault. Starmania, le spectacle remporte un vif succès en 1979, réitéré en 1988 avec, entre autres, Maurane et Renaud Hantson puis avec des distributions différentes lors des reprises dans les années 1990. Une version anglaise, nommée Tycoon est réalisée en 1991.

En 1990, il met en scène un nouveau spectacle musical dont le texte est toujours écrit par Luc Plamondon. Il s’agit de La Légende de Jimmy, inspiré de la vie de James Dean ; malgré la qualité des musiques, des textes, des interprètes (Diane Tell, Renaud Hantson, Tom Novembre, Nanette Workman) et d’une mise en scène signée Jérôme Savary, ce spectacle obtiendra peu de succès.

Il fut également le compositeur de plusieurs musiques de films, à savoir celles de Mektoub, un film algérien d’Ali Ghalem en 1970, de Sérieux comme le plaisir de Robert Benayoun en 1975, de Tout feu, tout flamme de Jean-Paul Rappeneau en 1982 et de Rive droite, rive gauche de Philippe Labro en 1984. Il composa également les musiques de films publicitaires, dont celle d’Orangina.

Il fait partie des rares artistes français à s’être engagé de très près dans des œuvres humanitaires, exclusivement pour celle d’Action Écoles en 1985 aux cotés de France Gall, Richard Berry et Daniel Balavoine, mais aussi pour l’Éthiopie avec Renaud (Chanteurs sans frontières) et pour Les Restos du cœur avec Coluche.

e 2 août 1992, quelques semaines après avoir sorti, pour la première fois, un album interprété en duo avec France Gall, Double jeu, quelques heures après une partie de tennis alors qu’il passait ses vacances à Ramatuelle avec son épouse, Michel Berger meurt dans sa chambre, foudroyé par une crise cardiaque causée probablement par le surtravail auquel il était accoutumé (et malgré la lettre où son père lui conseille de voir un médecin pour son coeur fragile). Il est inhumé au cimetière de Montmartre à Paris.

Sa carrière de chanteur

La carrière de chanteur de Michel Berger débute dans les années 1960, période des chanteurs yéyés, celle de Salut les copains. Mais après avoir enregistré des 45 tours qui ne laisseront pas un souvenir impérissable, il se met dans son nouveau costume de directeur artistique chez Pathé Marconi jusqu’au jour où il rencontre Véronique Sanson. Leur rupture donnera l’un des premiers albums solos de Michel Berger, surnommé Cœur brisé en 1973. Seuls les titres Pour me comprendre et Attends-moi émergent de l’album.

Le premier succès de Michel Berger date de 1974 avec Écoute la musique (Quelle consolation fantastique) juste après sa rencontre, en 1973, avec sa nouvelle muse France Gall.

Le premier succès de Michel Berger date de 1974 avec Écoute la musique (Quelle consolation fantastique) juste après sa rencontre, en 1973, avec sa nouvelle muse France Gall.

Mais c’est 1980 qui sera l’année charnière pour Michel Berger ; son nouvel album Beauséjour sort et connaîtra trois grands succès publics : La Groupie du pianiste, Quelques mots d’amour et Celui qui chante. La même année, il monte sur scène au Théâtre des Champs-Elysées, avec le même succès.

Michel Berger alignera encore d’autres succès comme Mademoiselle Chang en 1981, Voyou et Les Princes des villes en 1983, Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux et Y ‘a pas de honte en 1985 puis Le Paradis blanc en 1990, son dernier succès en solo.

D’autres succès sont dans l’unique album enregistré en duo avec France Gall en 1992 : Superficiel et léger et Laissez passer les rêves.

Réflexions de l’auteur-compositeur-interprète

« Faire des chansons, ça prend du temps. Ça prend le temps de respirer, de vivre. Certains couplets de Stevie Wonder ou de Georges Brassens, il faut avoir pris beaucoup de temps pour les écrire. Je veux dire pour arriver à les écrire. J’ai eu deux expériences exceptionnelles depuis quelques années en travaillant à la fois pour Starmania, avec un auteur québécois, Luc Plamondon, où je n’étais que compositeur, et plus récemment avec Elton John avec qui j’ai travaillé à l’inverse, uniquement en tant qu’auteur alors qu’Elton écrivait la musique.
J’ai été deux fois très dépaysé. Pour un auteur-compositeur-interprète, écrire et chanter, c’est tout donner de soi, sans réserve, en allant chercher le plus loin possible à l’intérieur de soi. Le travail d’auteur seul ou de compositeur seul demande plus de technique et il détruit une part de sensibilité. Il faut d’abord s’adapter à la sensibilité d’un autre, à son rythme, faire des efforts psychologiques qui n’ont pas forcément quelque chose à voir avec une démarche artistique libre. D’un autre côté, on est, bien sûr, récompensé parce qu’on est enrichi de ce que vous amène l’autre.

Les jeunes musiciens, aujourd’hui, sont des grands mélodistes. C’est quelque chose que tout le monde ressent à travers le monde entier et toutes les techniques musicales nouvelles n’ont rien fait qu’ajouter de nouveaux moyens au service de cette mélodie qui fait vibrer quelque chose indéfinissable en nous. Vous pouvez être sûr qu’un texte génial avec une musique creuse ne fera jamais une grande chanson (dans un sens inverse, c’est moins clair : Yesterday ne restera jamais comme un grand texte, mais c’est quand même un drôlement beau morceau).
Il y a quelque chose de profondément naturel dans l’écriture d’une chanson réussie alors qu’une chanson ratée fait plutôt éprouver le vide ou la complication. Le vide, n’en parlons pas, il est évident. Mais, le compliqué, c’est déjà plus curieux : combien de chansons sont sympathiques dans la démarche, dans l’idée du texte, dans la recherche d’harmonies savantes et ne nous font absolument rien ressentir. C’est simplement que le miracle ne se produit pas. Ce miracle absolument incontrôlable qui amène à une sorte d’évidence. En l’écoutant, cette « évidence », tout à coup, on se sent bien.

Je ne pense pas que ce soit une question de goût, une question personnelle : l’évidence d’une expression réussie se révèle, à tous, si elle est diffusée. Et ce contact magique, si on peut l’établir avec tous ces gens qu’on ne connaît pas alors quelque chose d’extraordinaire se passe. On parle de don, on a raison. Le mot même prouve qu’il n’y a pas de quoi en être spécialement fier. Mais la manière dont on s’en sert fait qu’on le mérite ou non, voilà la cause de l’angoisse.
C’est tout à fait comme l’amour. »

Témoignages

Zouzou : « Je me souviens d’un voyage en voiture avec Michel où il me confie ses angoisses au sujet de leur fille Pauline qui est malade. Babou était partie pour Gordes un peu avant avec les enfants. Moi, je descendais seule avec Michel. C’étaient mes premières vacances depuis mon retour des Antilles. Ce jour-là, Michel se lâche totalement, ce qui me surprend car je l’ai toujours connu très réservé, et commence à me confier ce qui le ronge. Son pire cauchemar serait qu’il vienne à disparaître le premier laissant Babou seule avec les enfants. Il ajoute : « Je ne dois pas craquer, je dois toujours avoir l’air fort afin que Babou se sente totalement en sécurité, et, crois-moi, ce n’est pas facile. » Il a les yeux embués de larmes, et, moi, je suis abattue. J’aurais tellement aimé pouvoir lui affirmer que Pauline allait s’en sortir, mais… On connaît aujourd’hui malheureusement la fin. »

Discographie

1971 : Puzzle, EMI
1973 : Michel Berger, Warner Music
1974 : Chansons pour une fan, Warner Music
1975 : Que l’amour est bizarre, Warner Music
1976 : Mon piano danse, Warner Music
1980 : Beauséjour, Warner Music
1981 : Beaurivage, Warner Music
1982 : Dreams in stone, Warner Music
1983 : Voyou, Warner Music
1985 : Différences, Warner Music
1990 : Ça ne tient pas debout, Warner Music
1992 : Double jeu (avec France Gall), Warner Music

Albums live

1980 : Michel Berger au Théâtre des Champs-Élysées
1983 : Michel Berger en public au Palais des Sports
1986 : Michel Berger au Zénith

Compilations

1994 : Celui qui chante
2002 : Pour me comprendre
2005 : Quand on est ensemble

Opéra rock

1978 : Starmania ou La Passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés, opéra rock de Michel Berger et Luc Plamondon (album studio)
1979 : Starmania, le spectacle, opéra rock de Michel Berger et Luc Plamondon (en public au Palais des Congrès)
1982 : Dreams in Stone, de Michel Berger (album studio enregistré aux États-Unis et co-arrangé avec Michel Bernholc. Cet album a été un insuccès et c’est pour cela qu’il reste méconnu, notamment en France.
1990 : La Légende de Jimmy, opéra rock de Michel Berger et Luc Plamondon (album studio)
1992 : Tycoon, de Michel Berger, Luc Plamondon et Tim Rice (album studio, adaptation anglaise de Starmania)

Filmographie (compositeur)

1970 : Mektoub d’Ali Ghalem
1975 : Sérieux comme le plaisir de Robert Benayoun
1982 : Tout feu, tout flamme de Jean-Paul Rappeneau
1984 : Rive droite, rive gauche de Philippe Labro
1987 : L’amour est blette, court-métrage de Magali Clément

Ecoutez Michel Berger sur 121 web Radio !

[/lang_fr]

[lang_en]

Michel Berger (28 November 1947, Neuilly-sur-Seine – 2 August 1992, Ramatuelle), born Michel-Jean Hamburger, was a very successful French singer and songwriter. He was a central figure of France’s pop music scene for two decades both as a singer and as a songwriter for well-known French artists like his wife France Gall, Véronique Sanson and Johnny Hallyday. He died suddenly of a heart attack at the age of 44.

Biography

Berger was the son of the famous doctor Jean Hamburger and concert pianist Annette Haas, both of whom were Polish Jews.

Berger first became known to the French public in the 1960s as singer of hit song Salut les copains, after which he became record producer and songwriter for EMI and where he wrote amongst others Les Girafes for Bourvil in 1967. In the early 1970s, he moved to Warner Music where he produced the early albums of Véronique Sanson, and Allah once again in 1989. In 1973, he was responsible for producing the album Message personnel, the title track of which relaunched the career of Françoise Hardy. He also produced the single Je suis moi for Hardy.

Berger started writing for France Gall in 1974, produced all her albums from 1975, and married her on 22 June 1976.

In 1985, he produced Johnny Hallyday’s album Rock’n’Roll Attitude and also his stage-show, followed by Le Tour de France 1988 of France Gall in 1987.

In 1978, he composed the musical: Starmania, with lyrics by Luc Plamondon. The musical starred France Gall, Daniel Balavoine, Diane Dufresne, Nanette Workman, Eric Estève and Fabienne Thibeault. It was a big success in France in the 1980s and 1990s. An English version: Tycoon was released in 1991 with lyrics by Tim Rice, but it did not achieve the success the original version had in France.

Partnered by producer Jerome Savary, and by lyricist Luc Plamondon in 1980, he produced the musical La Légende de Jimmy, inspired by the life of James Dean. However, this bombed. Dreams in stone, was conceived as an American musical, co-arranged with Michel Bernholc, recorded in the United States. The show never saw the light of day, but the album was nevertheless released in 1982. The album was a complete flop and is not well-known, although some traces of it exist on fansites.

As composer, Berger scored several film projects, which included Mektoub, a 1970 film by Algerian Director Ali Ghalem, Robert Benayoun’s Sérieux comme le plaisir in 1975, Jean-Paul Rappeneau’s Tout feu, tout flamme in 1982 and Rive droite, rive gauche the 1984 film by Philippe Labro. He is also known for his Orangina advertisement jingle.

Berger was one of a handful of French artists who participated readily and actively in humanitarian acts: in 1985, he worked exclusively for Action Écoles alongside France Gall, Richard Berry and Daniel Balavoine, then later for Ethiopia with Renaud (Chanteurs Sans Frontières) and for Les Restos du cœur with comedian Coluche.

On 2 August 1992, a few weeks after the first album of duets with France Gall came out, Michel Berger died of a heart attack, in the middle of a tennis match. He is buried in the cimetière de Montmartre in Paris. His untimely death came as a shock to many people because he had been one of the most popular French singer-songwriter of the 70’s and 80’s. Moreover, unlike many pop stars, he came across as a nice and simple man, more interested in music and family life than in rock & roll excesses. As a matter of fact, his marriage with France Gall was remarkably stable.

Studio albums

Michel Berger (Le coeur brisé) (1973)
Chansons pour une fan (1974)
Que l’amour est bizarre (1975)
Mon piano danse (1976)
Beauséjour (1980)
Beaurivage (1981)
Dreams in stones (1982)
Voyou (1983)
Différences (1985)
Ca ne tient pas debout (1990)
Double jeu (with France Gall) (1992)

Live albums

Michel Berger au Théâtre des Champs-Élysées (1980)
Michel Berger en public au Palais des Sports (1983)
Michel Berger au Zénith (1986)

Listen Michel Berger on 121 Web Radio !
[/lang_en]

About the Author