[lang_fr]Ricoune: Biographie [/lang_fr][lang_en]Ricoune: Biography [/lang_en]

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

[lang_fr]

ricoune.jpg

Ricoune (Henri ROMAN) voit le jour le 1er février 1963 à Montpellier.

Aîné d’une famille de trois enfants, il grandit à Saint Drénézy dans l’Hérault entouré de sa mère et de son père entrepreneur en maçonnerie.

1982 : A l’age de 19ans, le service militaire lui révélera sa passion pour la musique et notamment la guitare.

1983 : Création du groupe Génération 83.

Entrepreneur à son tour, Henry achète un camion pour vendre des glaces, puis crée son entreprise de bois de chauffage, deux ouvriers seront à ses côtés.
C’est alors que le goût pour la composition de chansons s’envole, inspiré par la douceur d’une région riche de traditions.

 » La fête, les copains, le foot, les filles, la pétanque, l’apéro, la Camargue, les chevaux, les taureaux, les gardians ».

Discographie:

1993 : Création du groupe RICOUNE et les Counass.
1994 : Album « LA VACHE »
1996 : Album « NICOLLIN »
2001 : Carrière SOLO,
          Album « SENS INTERDITS »
2002 : Album « BEST OF ».

PORTRAIT PAR PAUL HERME

Voyage en verre a ballon avec Ricoune

Comme l’aurait dit Coluche, c’est l’histoire d’un mec, Henri Roman… personnage truculent, casquette solidement vissée sur la tête, surnommé Ricoune depuis le temps où il était gardian amateur, avant tout déconneur de la première heure, c’est dans sa nature et ça se ressent bien sûr dans les chansons qu’il compose en maniant l’humour et la dérision avec une force qui l’a mené jusqu’au succès grâce à des titres que tout le monde fredonne à longueur de journées… et surtout de ferias. « Partout où j’allais, je prenais ma guitare, on m’a de plus en plus demandé, et j’ai fini par m’entourer de musiciens, d’abord un pianiste puis progressivement un orchestre complet qui s’est ensuite renouvelé pour arriver au groupe actuel avec lequel on a encore progressé. J’ai un arrangeur, et c’est lui qui me livre le produit fini. (…) Nous allons aussi améliorer la mise en scène des morceaux avec un décor plus structuré, même si l’essentiel pour moi, c’est le contenu des chansons.”

Palavas avait déjà Dubout, qui n’avait pas son pareil pour croquer le monde ambiant dans des caricatures féroces, et cette station balnéaire du littoral languedocien a maintenant son barde des temps modernes, Ricoune, un autre personnage haut en couleurs qui, depuis le temps où il participait aux abrivados dans les fêtes et interprétait ses compositions aux terrasses des cafés pour amuser la galerie, a franchi allègrement le seuil du professionnalisme. Aujourd’hui entouré de musiciens qui assurent, comme on dit, il parcourt notre région de concerts en concerts pour faire grimper la température de quelques degrés lors des fêtes les plus courues.

Ricoune, c’est un peu l’antidote au stress, à la neurasthénie, au cafard, c’est un répertoire qui rappelle le plus souvent nos traditions ou tout ce que la vie peut avoir de dérisoire, voire de ridicule. Il se joue des gens et des situations avec une bonne humeur renforcée par la grosseur du trait, et de Nicollin à la fameuse vache en passant par Clinton et sa joyeuse compagne, Marcel qui fume la moquette, son copain Pascal « qu’est pas un con », Jacques le boulomane, le Parisien qu’est pas obligé de venir chez nous si ça le gêne, le vendangeur espagnol subitement pris de « cagagne », les razeteurs et les gardians, ou encore l’apéro camarguais… sans forcément tomber dans le couscoussier, on retrouve toute la force de paroles mises au service d’une galerie portrait qui vous entraîne immédiatement sur la planète du rire et de la joie communicative. Pour en être convaincus, il ne vous reste plus alors qu’à vous asseoir sur le bitume et exercer un mouvement de balancier avec les bras, un exercice hilarant et contagieux à la gloire du verre à ballon, vous savez, celui qu’on remplit avec…

“Le plus gros succès, ça a été incontestablement La Vache. Et avec Nicollin et le verre à ballon par exemple, si je ne les chante pas un soir, je me fais carrément tuer ! C’est vrai que j’ai pas mal basé mon répertoire autour des traditions et de quelques personnages typiques, mais j’ai conscience d’en avoir fait le tour et à présent, dans mes nouvelles compositions j’essaie d’élargir mon répertoire. Cela dit, il y aurait peut-être encore une chanson à faire sur la course camarguaise… De toute façon, je continuerai sur le même ton, l’humour, la parodie, mais en variant les thèmes”

Actuellement sur la brèche avec la mise en place de sa temporada 2003, Ricoune se consacre surtout à la préparation de son prochain disque avec en tête la recherche du nouveau succès qui sera bientôt, n’en doutons pas, sur toutes les lèvres… C’est sa recette, celle de la trouvaille, de la phrase qui marque les esprits, de l’expression reprise par tout l’Hexagone qui va surgir un beau matin dans l’esprit de ce compositeur à nul autre pareil… “J’ai en préparation un nouveau disque pour l’an prochain et il ne me reste plus qu’à trouver le plus important, à savoir le morceau qui tue, celui que tout le monde fredonnera. Je pars du réel, du vécu, il sera question de l’OM, une équipe que j’adore, de la pétanque… mais bon, ça viendra d’un coup, même si c’est pas tous les jours qu’il se lève un Nicollin ! Il n’y a pas de recette magique, j’ai remarqué que pour beaucoup de chansons qui marchent, ça vient d’une expression, style mets de l’huile ou tomber la chemise, voire d’un mot, comme tranquille… Allez, va, je finirai bien par trouver ! (…) Pour moi, l’idéal, outre les grandes ferias, ce sont les concerts où les gens qui ne nous connaissaient pas sont contents d’avoir passé un bon moment et achètent le CD. Ce n’est pas seulement une question d’argent, mais plutôt la satisfaction d’avoir plu à un public qui repart heureux.”
Si tout semble aller plutôt bien pour Ricoune un sujet e préoccupe tout de même, celui de l’élargissement de son public potentiel. Et là, c’est très clair, son souhait le plus cher est d’étendre sa zone d’audience bien au-delà des limites du Languedoc-Roussillon, ce qui passe par une meilleure pénétration du marché. Et pour cela il n’y a pas de secret, il faut éclater dans la nébuleuse des radios et télés, et trouver un producteur qui le mette sur orbite…“C’est vrai que j’essaie aussi d’étendre mon auditoire, mais sans imprésario et producteur, je resterai prisonnier d’un certain circuit. Il y a le potentiel pour aller ailleurs, on m’appelle souvent, et plusieurs personnes m’ont fait des propositions dans ce sens, donc ça devrait évoluer dans le bon sens pour aller encore de l’avant. Même si ce n’est pas facile de pénétrer ce milieu, j’ai été contacté par une grosse pointure pour un passage télé, ce qui peut contribuer à me faire connaître par un auditoire plus large, mais là aussi, il y a pas mal de barrages…”

Rendre les gens heureux, déconner sur scène en envoyant des morceaux qui bougent et qui sont dans toutes les têtes, telle est la devise de Ricoune. Et au diable les barrages, ils finiront bien par péter sous le poids de l’évidence : un mec qui a fait s’éclater la France entière par ses chansons ne peut être que bon… Allez, patron, c’est la mienne, envoie une tournée s’il te plaît, de Ric…oune, évidemment !!!

Paul Hermé

[/lang_fr]

[lang_en]

ricoune.jpg

Sorry, only in French

[/lang_en]

About the Author