Shuggie Otis : Biographie

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Né le 30 Novembre 1953 de son vrai nom Alexander Veliotes, Shoggie est le fils de Johnny Otis qui laissa son empreinte comme musicien, chanteur et manager dans la sphère du R&B.

Johnny Otis raconte que son fils était un musicien né. Lorsque Otis père encouragea son guitariste de fils, encore adolescent, à développer l’intérêt qu’il manifestait pour la musique de film en s’inscrivant à des cours de composition, ceux-ci ne durèrent pas longtemps. Après quelques jours, le professeur demanda au père d’en rester là, car “ il connaît déjà tout ça ! ”.

Après s’être produit avec le groupe de son père, Shuggie fit des séances de studio avec Frank Zappa et Al Kooper avant de commencer une carrière solo.

Shuggie se révélera comme un talentueux polyinstrumentiste (guitare électrique, basse, batterie, vibraphone, piano, orgue…), mais aussi comme un passionné de nouveautés techniques, il a entre autres exploré l’utilisation des boîtes à rythmes dès leur apparition, et participé à l’album Hot Rats de Frank Zappa

Il fut un temps où l’on ne parlait de vision qu’à propos de quelques rares artistes envisageant la musique de manière panoramique comme Jimi Hendrix, Sly Stone ou John Coltrane. Aujourd’hui, on distribue l’étiquette “ visionnaire ” comme on attribue un disque d’or, comme des friandises pour une fête.

Shuggie Otis fut réellement un visionnaire. A quinze ans, on le comparait à Hendrix et aux Kings de la guitare blues (B.B., Albert, Freddie). Le jeune phénomène allait se livrer à travers les deux seuls albums qu’il a enregistré sous son nom : “ Freedom Flight ” paru en 1971 et “ In Session Information ”, en 1974. Ces albums, où il joue pratiquement de tous les instruments, réglaient son compte à Sly Stone, offraient aux frères Johnson leur hit le plus inoubliable (“ Strawberry Letter 23 ”) et précédaient de cinq ans la synthèse stylistique que Prince allait accomplir.



On y (re)découvre une sorte de soul blues minimaliste teinté d’électro qui défie l’espace-temps et les barrières stylistiques. Sur Aht Uh Mi Hed on croirait entendre la dernière création d’un Jamiroquai triste (enfin !), tandis que XL-30 ou Pling semblent présager l’électronica actuelle, un Mouse on Mars très « soulfull » quoi. Le titre Freedom Flight, de 1971, se présente quant à lui comme une somptueuse ballade « soul psychédélique » de 13 minutes. Un vrai régal souvent comparé à What’s Going On de Marvin Gaye… Si What’s Going On et Inspiration Information (version 2001) sont manifestemment très différents, on est bien en présence de deux chef-d’œuvres !

Découvrez vite cet artiste exceptionnel sur 121 MusicStore !

About the Author