Deodato – Preludes And Rhapsodies

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

[Fr] Figure emblématique du pop-funk des 70’s, le nom d’Eumir Deodato reste indéfectiblement associé à sa reprise d’Also Spracht Zarathoustra, de Richard Strauss, premier hit mondial du genre, qui s’écoula à plus de 5 millions d’exemplaires. Rien d’étonnant à ce qu’un type qui porte un prénom de station spatiale soviétique fasse un tube avec un titre connu sous le nom de « Thème de 2001, l’Odyssée de l’Espace ». Issu de l’album « Prelude », produit par Creed Taylor sur son label CTI en 1972, ce morceau laissera bouche bée Herbie Hancock qui, grand consommateur de feijoada dans l’appartement new yorkais de Deodato, lachera sa cuillère pleine de haricots et de porc en l’écoutant, pour aller former illico ses Headhunters! Deodato narrera sa surprise de voir débarquer quelques semaines plus tard Herbie, qui devait jouer en formation jazz acoustique en première partie de l’un de ses concerts, flanqué d’une groupe funk!

Après cette savoureuse anecdote relative à la genèse de la période funk d’Herbie, revenons à notre Deodato et à sa feijoada, plat national brésilien s’il en est, ce qui nous amène à vous livrer cette information capitale pour la compréhension de l’oeuvre du maître: Deodato est né à Rio. C’est son destin. Si ses ancêtres, d’origine italienne, avaient eu la bonne idée d’émigrer en Autriche, il serait devenu le roi de la polka. Mais au Brésil, la polka, c’est pas trop leur truc. Eux, ils sont balèses en samba et en musique d’ascenceur. Ceux qui prétendent que la musique brésilienne n’est jouée que dans les ascenceurs sont mauvaises langues. Elle est également jouée dans les bars d’hôtel.

Après cet aparté sur la nature de la musique brésilienne, revenons à notre feijoada, qui, comme vous le savez, n’est pas un plat casher (ou hallal, c’est selon) puisqu’à base de porc. Et c’est peu de dire que Deodato respire par tous les pores de ses doigts (extrait de « l’art de la métapore », aux Editions Détendu) le swing, l’élégance et la festivité (prononcer « festchivité ») des cariocas, qui s’exprime dans toute sa musique.

Ajoutez à cela un talent d’arrangeur hors du commun –l est une légende vivante parmi les musiciens brésiliens– sollicité, entre autres, par A.C. Jobim, Marcos Valle, Astrud Gilberto, Luiz Bonfa, Wilson Simonal, Elis Regina, Milton Nascimento, Carlinhos Brown, pour ses compatriotes, mais aussi Frank Sinatra, Wes Montgomery, Stanley Turrentine, Paul Desmond, Aretha Franklin, Roberta Flack, Earth Wind & Fire, Bjork… sans omettre ses talents de producteur tiroir-caisse, avec les plus gros hits de Kool & The Gang (avec qui il composa « Ladies Night » et « Celebration »), et vous obtenez le portrait-robot d’un musicien culte.

Redécouverts par nombre de Djs, ses albums sont désormais presque tous réédités pour le plus grand bonheur de ses fans et des bricoleurs avides de grooves à sampler, sans omettre la tribu des adorateurs du Fender Rhodes, dont il reste le plus brillant praticien avec son petit camarade Herbie. Pour ceux qui découvrent aujourd’hui ce musicien exceptionnel, sachez que la première partie de sa carrière baigne dans un parfum bossa-jazz que l’on qualifierait aujourd’hui de loungesque, dans le meilleur des cas, et de musique d’ascenceur, dans le meilleur des cas aussi. Allergiques aux ambiances « resservez–moi donc une autre caïpirinha », vade retro! (c’est du portuguais, ça veut dire « on se casse, c’est nase! »). Les autres seront comblés par les enregistrements solaires de cette première époque deodatesque, réalisés en compagnie de la crème des musiciens de jazz brésiliens. Solaire, crème, vous me suivez? Bien. La période suivante, avec les disques produits par les labels CTI, MCA et Warner, est destinée aux fans de fusion pop-jazz-latin-funk, qui devraient trouver joie et félicité parmi ces albums, car le royaume de Deodato leur appartient

[En] Despite a productive career, Deodato will always be best-known for a 1972 hit record, his catchy adaptation of « Also Sprach Zarathurstra (Theme From 2001: A Space Odyssey). » He began his career playing in a popular local rock group as a teenager. At 17, he was asked to arrange for a recording session orchestra and, despite never having written a score before, the teenager succeeded at quickly learning what was necessary. Although Deodato spent time studying engineering, he eventually decided to make a career in music due to the popularity of his writing. After working in Brazil’s studios, he moved to the United States in 1967. Deodato wrote for the American studios and was involved in the still fertile bossa nova movement. He wrote arrangements for Astrud Gilberto, contributed three charts to Wes Montgomery’s Down Here on the Ground, and was soon working for major names in several fields including Aretha Franklin, Bette Midler, Frank Sinatra, Earth, Wind & Fire, Stanley Turrentine, and Antonio Carlos Jobim, among others. With the release of Prelude in 1973 (his first solo album and the one that included the « Theme From 2001 »), Deodato became a major name for a time. He recorded sets for CTI, MCA, and Warner Bros. through 1979, although the efforts tended to be over-arranged and none caught on as well as Prelude. Since that time, Deodato was mostly outside of jazz, working as a producer and arranger behind the scenes, including for Kool & the Gang during 1979-1983. ~ Scott Yanow, All Music Guide

Tracklist :

1 – Also sprach zarathustra (9:06) – Nu Jazz
2 – Spirit of summer (4:19) – Nu Jazz
3 – Carly and carole (3:46) – Nu Jazz
4 – Baubles, bangles and beads (5:24) – Nu Jazz
5 – Prelude to afternoon of a faun (5:17) – Nu Jazz
6 – September 13 (5:59) – Nu Jazz
7 – Nights in white satin (6:07) – Nu Jazz
8 – Pavane for a dead princess (4:29) – Nu Jazz
9 – Skyscrapers (7:06) – Nu Jazz
10 – Super strut (9:35) – Nu Jazz
11 – Rhapsody in blue (8:48) – Nu Jazz
12 – Latin flute [#bonus track] (4:23) – Nu Jazz
13 – Venus [#bonus track] (3:32) – Nu Jazz
14 – Do it again [new mix] [#bonus track] (5:33) – Nu Jazz

About the Author