Dotschy Reinhardt – Sprinkled Eyes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Une femme qui chante en manouche et qui compose plus de la moitié des morceaux c’est assez rare pour lui donner une place de choix sur ce site habitué aux guitaristes. De plus quand on vient d’une famille de « Sinti » installée en Allemagne, qu’un des membres de la famille portait le nom de Django Reinhardt, que son oncle, le guitariste Bobby Falta, accompagnait Schnuchkenack Reinhardt, on est obligé de prêter une oreille attentive. Mais avec un tel environnement baigné de « Gypsy swing » il est parfois difficile de trouver sa propre voix. Et pour cela Dotschy fera le choix du mélange : ambiance jazzy avec des références à Wes Montgomery (solo sur Dschinea Du Gar / Without You), Tony Bennet, un clin d’oeil à Sinatra (the moon was yellow) le tout teinté de Bossa nova.

Le clin d’oeil à Django se cache dans des adaptations subtiles de « Nuages » et de « Minor swing » (Girls Like me). Mais c’est en choisissant de chanter en Sinti qu’elle se rapproche le plus de ses origines en posant notamment la question de l’identité et du rôle des racines dans la musique. Petit bémol quand même, dans cet univers de ballades où la voix douce de Dotschy vient se poser, il manque ce qui est caractéristique des musiciens Mânouches. Cette tension impalpable, ce côté brut, pas toujours parfait, mais qui rajoute de la couleur et de la personnalité aux morceaux. D’accord c’est un premier CD ! A suivre alors !

Sprinkled Eyes gathers impressions from Dotschy’s diary, becoming new adventures here and now. There’s a relaxed swinging tribute to Brazilian guitarist Toninho Horta. The serenades « In Town » and « Love’s Shore »… whispering timbre, or the bluesy stroke of genius « Home – Kehre » with a reverence to Donald Fagen. With flexible and sensual phrases she gets a very female perspective out of one of her all time favourites, Sinatra’s « The Moon Was Yellow ». The title track is a dreamy acoustic pearl, dedicated to her uncle.

On « Dschinea Du Gar / Without You » a Wes Montgomery influenced solo is cleverly woven in and reveals one more pillar of her inspirations. The metamorphosis of Django at times happens rather veiled and tongue-in-cheek, like in « Gaj Rath » and « Girls Like Me », then candidly like in her new version of « Nuages »: Being relieved from the usual gypsy swing line-up and instead of that welcoming a Fender Rhodes and the « simple and truthful » (Dotschy) lyrics by Tony Bennett, it presents itself as a newly dressed masterpiece. « It is very important for me to have a personal opinion, a personal rendition to every song. After a long time I’ve found my own version of ‘Nuages’ with this arrangement », she affirms.

Tracklist :

1 – Gai rath (3:47) – Jazz
2 – Mountain flight (2:46) – Jazz
3 – Sinto (4:38) – Jazz
4 – In town (5:41) – Jazz
5 – Sprinkled eyes (4:18) – Jazz
6 – Without you (2:40) – Jazz
7 – Won´t believe (3:49) – Jazz
8 – Girls like me (3:25) – Jazz
9 – Love´s shore (3:21) – Jazz
10 – Nuages – all for you (4:24) – Jazz
11 – The moon was yellow (4:15) – Jazz
12 – Home – kehre (3:53) – Jazz
13 – Down here on the ground (3:46) – Jazz

About the Author