Messin’ Around Tha House : Chronique de ZiKAddict

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...

Vous aimez la bonne musique en général et le blues en particulier ? Vous êtes un ‘djeuns chébran’ qui ‘kiffe à donf’ le hip-hop et l’électro ? Vous êtes un habitant de la planète terre, muni d’un lecteur CD, d’une paire d’oreilles en état de marche et d’un minimum d’ouverture d’esprit ? Ce disque est donc…pas forcément pour vous, mais il y a quand même de grandes chances pour qu’il vous colle méchamment à la platine.

messin-around-tha-house

Les albums de Little Freddie King étant aussi rares que ses apparitions scéniques, autant dire que chacune de ses galettes est guettée fiévreusement et accueillie la bave aux lèvres par une horde de « blues loverz ».
Aussi, c’est avec une certitude quasi absolue de s’immerger dans le blues moite du bayou que l’on fait tourner ce nouveau disque du vieux maître…mais là, surprise ; c’est à coups de beats électro que l’on est accueillis !

Le titre d’ouverture (”Messin’ Around Tha House”), secoué de pulsations électroniques, fait, à vrai dire, voler en éclats tous nos repères, tout du moins, nos attentes.
« WTF ? » se dit-on. Pour un peu, on jurerait avoir glissé un disque d’Alabama 3 par mégarde… et pourtant. Bien vite, le guitariste légendaire donne de la voix, et on se rend compte que l’on est bel et bien dans l’univers du bluesman… mais remis au goût du jour.

Composé de six morceaux signés (ou co-signés) par Little Freddie King, de titres de blues instrumental traditionnel, hypnotique et lancinant, mais aussi (et surtout) de trois remixes estampillés DJ Tino Gross (”Messin’ Around Tha House”, “Dig Me A Hole”, “Sad Sad News”), ce nouvel album démontre qu’après avoir fait le lien entre l’accent roots un peu traînant du Delta Blues et les rythmiques plus soutenues du Blues du ‘French Quarter’ de New Orleans, le grand monsieur réussit aujourd’hui (à l’aube de ses 70 balais) à établir le lien entre le blues, le phrasé hip-hop et les beats électro.

Bien sûr, cela ne manquera pas de faire hurler à la mort une brassée de puristes ‘muzico-rigides’, étroits des écouteurs et récalcitrants à l’idée qu’un genre puisse évoluer (qui plus est, se mélanger à d’autres genres), mais bon… n’empêche que pour tous les autres – non aficionado -, ce mariage improbable de saveurs produit l’effet escompté ; à savoir, flatter l’oreille et faire vibrer l’âme de l’auditeur.

Tel le flow d’un vieux rappeur nonchalant, le talking-blues à ‘2 de tension’ et presque atonal du guitariste se marie à merveille avec le modernisme de l’électro (sans jamais trahir l’esprit roots du blues !), et les zicos qui accompagnent L.F.K. sur cet opus (Anthony ‘Skeet’ Anderson à la basse, ‘Wacko’ Wade Wright à la batterie et Bobby Lewis Ditullio à l’harmonica) sont eux aussi à la hauteur de ce challenge.

En fait, Little Freddie King démontre que derrière chaque vieux blues de Louisiane se cache un hit potentiellement taillé pour la FM…

Total respect !

Marie Cartier
www.zikaddict.fr

About the Author